Exit

IL Y A QUELQUES TEMPS EN ARRIÈRE, UN FAIT TRÈS INTÉRESSANT M’EST ARRIVÉ !

En terminant le culte un mercredi, j’ai aperçu une dame qui était entrée pendant la réunion, elle est restée où elle était, assise au fond de l’église.

J’ai été jusqu’à elle et je lui ai demandé si elle allait bien ; elle, avec un sourire sur le visage, a répondu oui, mais qu’elle était entrée très angoissée et opprimée et qu’elle avait été attirée par la louange que nous chantions, mais qu’à présent elle se sentait beaucoup mieux.

C’est lorsque qu’elle a demandé quelle était cette église que j’ai répondu : l’Universel !

Immédiatement, elle s’est levée et a dit : C’est l’église d’« Edir Macedo » ? Je ne crois pas que je suis entrée ici ! Au même instant, son visage a changé et elle est sortie sans vouloir converser.

Bon, pour nous qui sommes de la foi, nous savons que le mal a agi, mais ces derniers jours, je lisais un article dans une revue de neuroscience qui a attiré mon attention et m’a fait me souvenir de cette dame.

Une constatation neuroscientifique qui disait que « le cerveau n’aime pas penser ». Pourquoi ? Parce que penser, au-delà d’être difficile, gaspille beaucoup de temps et d’énergie.

Toutes les fois où nous sommes confrontés à une situation qui nous demande de penser, notre cerveau (pour ne pas penser) court vers sa zone de confort appelée « mémoire à long terme ». Cette mémoire est celle qui garde des informations que nous savons déjà et notre cerveau, avant de penser, cherche toujours dans la mémoire des informations que nous savons déjà. C’est là que se trouve le problème de la résistance ! Lorsque nous permettons cela, nous cessons de penser aux nouvelles choses, de changer les mauvais concepts, d’apprendre plus de choses, pour aller répéter ce qui est déjà stocké (archivé) dans la mémoire à long terme.

Cette attestation de la neuroscience est récente.

Plusieurs tests ont été faits, y compris un test aveugle avec deux marques de soda connues, le Coca-Cola et le Pepsi.

Lorsque l’expérimentateur buvait le soda sans voir la marque, la majorité choisissait le Pepsi comme la plus savoureuse. Lorsque la marque était visible, la majorité choisissait le Coca-Cola.

Bon, tous savent très bien que ce qui ne manque pas pour le Coca-Cola est le marketing.

Grâce à cela, j’en suis arrivé à la conclusion de comment le mal travaillait et la raison pour laquelle les médias avaient tant investi contre l’image de l’évêque Macedo et de l’Église Universelle.

Ceux qui ont des « cerveaux paresseux » refusent de penser face à tant de preuves incontestables du travail sérieux de l’Universel et le bien qu’elle a fait à tant de gens. Et que dire de l’évêque Macedo qui, de rejeté, calomnié, diffamé, accusé à tort, s’en est sorti en prouvant son innocence et en devenant un leader admirable et respectueux ?

Que toutes les personnes qui ont dans leur « mémoire à long terme » des archives négatives de l’évêque Macedo et de l’Église Universelle aient l’opportunité d’assister au film « Rien à Perdre » et qu’elles reprogramment leur pensée !

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12 :2)

Pr. Claudio Roberto – France

Dieu est avec vous, et moi aussi.

Eia! 

Ejf

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Go top